La motricité libre

La motricité libre est un concept éducatif qui préconise la liberté de mouvement chez l’enfant. Découvrez comment la mettre en place. La motricité libre n’est pas un concept nouveau, elle existe depuis les années 60, mais continue de diviser. Pour certains professionnels, l’enfant a besoin d’être assisté pour parfaire sa maîtrise. Pour d’autres, c’est tout le contraire, une aide adulte peut perturber son développement. Qu’en est-il réellement ? Faisons le point dans la suite de ce billet.

Définition du concept de la motricité libre

Par définition, la motricité libre est un concept qui préconise la liberté des mouvements chez les enfants. En d’autres termes, elle consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements spontanés afin qu’il puisse maîtriser soi-même son corps. À l’opposé, aider le petit à réaliser certains gestes de façon précoce retarde son évolution et/ou son autonomie. Inventée par Emmi Pikler dans les années 1960, elle a été reprise par plusieurs spécialistes qui la soutiennent. Pour eux, le bébé est entièrement capable de prendre le contrôle de son corps et d’harmoniser ses mouvements sans intervention spéciale. Aujourd’hui, cette théorie éducative a pris de l’ampleur et se pratique dans de nombreuses crèches et garderies. Certains parents ont compris son importance et n’hésitent pas à l’appliquer à la maison.

Comment appliquer la motricité libre avec votre enfant ?

Certes, la motricité libre consiste à donner la responsabilité à l’enfant de se développer. Cependant, cela ne signifie pas l’abandonner à lui-même. Selon le principe de cette technique, le parent doit assister et encadrer l’enfant. Voici quelques recommandations pour y arriver à la maison.

• Aménager un espace de jeu sécurisé pour l’enfant

La première chose pour permettre à votre petit de se découvrir seul est d’aménager un espace sécurisé. Il existe des “cadres” et/ou parcs disponibles en magasin où votre bout de chou pourra s’épanouir. Posez-le ensuite sur le dos ou le ventre et mettez quelques jouets de son âge aux alentours.

• Être présent et assister l’évolution de son bout de chou

Le parent ne doit pas assister directement son bébé, mais il est important de le faire indirectement. Par exemple, observer ses émotions et détecter les jouets qui semblent le gêner. Retirez-les de la zone de jeu. Si votre petit semble épuisé, vous pouvez aussi le sortir de sa zone pour le reposer.

• Laisser l’enfant marcher pieds nus

Il est important que l’enfant soit le plus libre possible. Pour cela, mettez-lui des vêtements légers et pas de chaussures. Il se sentira beaucoup plus leste et pourra mieux se mouvoir. Attention, vous devez aussi prendre en considération la température. Si elle est basse, ne laissez surtout pas votre enfant à la portée du froid.

• Éviter l’excès de jouet pour favoriser la motricité libre

L’excès en toute chose est néfaste. Pour la mise en place de la motricité libre, vous devez éviter de trop charger l’espace de jeu de votre enfant avec des objets. Mettez-en juste quelques-uns et laissez plus d’espace au petit pour se mouvoir.

• Éviter les jouets dangereux comme les trotteurs

Le trotteur est l’un des jouets les plus choyés par les parents. Mais attention, ceux-ci sont dangereux, et même interdits dans certains pays comme le Canada. De plus, ils empêchent l’enfant d’utiliser le plein potentiel de ses mouvements en motricité libre. Laissez l’enfant se servir des points d’appui pour marcher.

Louer des jeux chez Petit Sioux pour accompagner votre enfant

Comme nous l’avons dit plus haut, votre bout de chou a besoin d’objets pour apprendre à développer sa motricité fine. Vous pouvez les trouver en location chez Petit Sioux. Contrairement aux jeux achetés, ceux de Petit Sioux sont moins coûteux et écologiques. Ils sont également adaptés à l’âge et à l’évolution de votre enfant.